"La joie est pareille à un fleuve : rien n'arrête son cours."   [Henry Miller]

 Journal de bord    |     Si le Danube m'était conté     |      Aujourd'hui, on ne fait pas de vélo!     |     Retour


Le 8 août 2011
Aujourd'hui, on ne fait pas de vélo!!!
Nous n'avons plus le "TATAWIN" nécessaire...

Suite à ce beau périple sur le cours du Danube et après avoir pris connaissance d’une littérature « fleuve » qui relate déjà notre parcours, Christiane et moi-même tenons à apporter un peu d’eau au moulin des souvenirs de notre belle aventure.

Tout d’abord un grand merci pour les organisateurs, qui ont eu le souci de préparer dans les détails ce beau périple. La préparation ce n’est pas rien, et tous les détails ont leur importance :

- Trousses de dépannage physique que j’ai pu utiliser avec une certaine modestie pour des tests de résistance sur poutre en bois et barrière métallique.

- Trousse de dépannage technique (crevaison, réglages divers, freins, hauteur de selle, potence de guidon, déraillements divers, etc).

- Un marabout à la hauteur, ou je dirais même à l’étanchéité remarquable, que nous avons pu tester sans problème après l’accueil qui nous a été fait en quittant notre palace à deux « mini » places, et un marabout qui se révélait montable en un temps record surtout quand la pluie menaçait, comme quoi un petit bout de chez-soi est vital quand le temps se dégrade.

- Une intendance cuisine et des chefs cuisiniers à la hauteur pour des menus équilibrés, quantitatifs et délicieux, à tel point que nous avons peu sollicité les établissements de restauration locale, seule Vienne la belle, nous a séduit avec ses offres culinaires particulières qui représentaient les cuisines du monde devant la Rathaus.

- Un parcours sans défaut qui nous a toujours mené correctement au terme de l’étape.

L’intergénérationnel est aussi un aspect intéressant de notre groupe, ce n’est plus très mode à notre époque, mais que de richesses partagées chacun dans sa diversité. Nous faisions particularité partout où nous passions, et particulièrement  dans un refus d’une certaine conformité, casse-croûte aux abords des magasins avec le caddy comme garde manger et sieste sur les murettes ou sur l’asphalte, ce sont les vacances et nous sommes Français, non mais !!!

Bref, beaucoup de plaisir qui nous rappelait notre âme d’enfants, encore merci à toutes et à tous pour votre bonne humeur et ce partage tout simple.

Christiane et Gérard