L'Assassin Royal (tomes 1 à 6) : synopsis    |     mon avis    |    Les Aventuriers de la mer : synopsis    |    mon avis    |    l'avis d'Azumi
|    L'Assassin Royal (tomes 7 à 13) : synopsis
   |    mon avis   |    Retour


Présentation :
L'Assassin royal (AR) et les Aventuriers de la mer (ADLM) sont deux séries de Robin Hobb. Ces aventures se déroulent dans le même monde, à peu près en même temps, mais à des endroits différents. On retrouve dans l'Assassin Royal un personnage des Aventuriers de la mer, les deux histoires sont un peu liées. Et il y a dans le tome 7 de l'Assassin Royal un spoiler des Aventuriers de la mer. C'est pourquoi certains lisent les 6 premiers tomes de l'AR puis les ADLM et enfin la suite de l'AR.. Il faut savoir que les 6 premiers tomes de l'Assassin Royal forment une série (il y a une fin de l'histoire).

L'Assassin royal (tomes 1 à 6) :
L'Apprenti assassin, L'Assassin du Roi, La Nef du crépuscule, Le poison de la Vengeance, La Voie magique, La Reine solitaire.


Synopsis :
     Dans le royaume des Six Duchés il est de tradition de donner pour nom à un enfant noble le nom d'une qualité qu'on espère pour lui. Ainsi le Roi Subtil a trois fils : Chevalerie, Vérité et Royal. Mais quand le fils bâtard de Chevalerie est amené à la cour les prévisions du roi s'écroulent. Cet enfant 
bâtard sera appelé Fitz par le maître d'écurie. Il grandi auprès de lui, et comme tout enfant commence à apprendre un métier, un métier que le roi lui-même lui propose : assassin royal. Les pirates rouges sèment la désolation sur les côtes des Six Duchés, le royaume se divise, intrigues et complots se trament de tous côtés et Fitz est chassé de toutes parts...


Mon avis :
     Un enfant bâtard qui devient un des héros d'une histoire, cela s'est déjà vu. Oui, mais pas avec le talent de Robin Hobb. Celle-ci donne à ses livres une touche d'émotion particulière. On s'attache à ce bâtard rejeté, on a envie de se battre contre Royal, et on entre réellement à la cour du Roi Subtil. Ce n'est pas une histoire chevaleresque, ce n'est pas une histoire où les bons sont trop bons et les mauvais trop mauvais, c'est une histoire travaillée qui se déroule dans un monde enchanteur. Hobb nous donne matière à réflexion à propos de la forgisation, elle nous fait rêver en décrivant cette nouvelle manière de communiquer : l'Art, et elle nous surprend par le "métier" d'assassin royal.
   L'Assassin royal est une série qui se lit facilement, idéale pour ceux qui veulent découvrir la fantasy (avec le petit bémol qu'ils commenceront par l'une des meilleures séries). Malgré tout, ces livres présentent quelques longueurs, surtout le 5è tome. Mais l'histoire est telle qu'on ne peut pas décrocher sans en savoir la fin!

Les aventuriers de la mer :
Le Vaisseau magique, le Navire aux esclaves, La Conquête de la Libeté, Brumes et Tempêtes, Prisons d'eau et de bois, L'Eveil des eaux dormantes, Le seigneur des trois Règnes, Ombres et Flammes, Les marches duTrône.


Synopsis (par Azumi) :
     Des serpents doués de raison, en quête de vérité, inaugurent et closent le récit ; des figures de proue douées de vie façonnent la destinée d'hommes et de femmes prêts à mourir pour elles.
    Et dans ce monde parallèle et enchanteur, les rêves sont oracles, le destin défi, l'amour bouleversement des sens, le sang mémoire, la liberté bataille unique. La guerre gronde dans le sable des Rivages Maudits, les « Eaux Dormantes » sont sur le point de s'éveiller, les serpents de mer de dévoiler leur terrible secret. Et aux prises avec leurs aventures chaotiques, les personnages ne cessent leurs luttes passionnément résolues.


Mon avis :
     Il existe des livres qui, une fois fermés, continuent de vous faire rêver... ceux-ci en font partie. L'écriture de Robin Hobb est encore meilleure que pour le début de l'AR et son histoire est envoûtante. Ici, on découvre un monde inconnu, les Rivages maudits, dont le nom donne déjà envie de l'explorer. C'est dans ce monde marin que les personnages vont évoluer. Des personnages tous très différents, et très humains, des personnages dans lesquels on se retrouve. De Malta la petite peste qui nous réserve bien des surprises, à Althéa, la jeune femme qui rêve de naviguer sur la vivenef de son père, le lecteur est pris de sentiments forts pour chacun des personnages.
     Et puis Hobb ajoute son grain de magie qui transforme cette bonne série en une aventure extraordinaire. Les Vivenefs, ces étranges navires de bois sorcier nous enchantent, nous font rêver. On navigue avec Vivacia et Parangon sur les eaux des Rivages maudits, de la baie des pirates aux eaux acides du Désert des pluies. Et lorsqu'on tourne la dernière page on se retrouve comme à un retour de vacances, encore tout émerveillé de ce qu'on vient de vivre…



L'avis d'Azumi :
    Hobb nous perd non seulement dans les méandres d'une intrigue palpitante et adroitement ficelée, mais aussi dans la beauté rêvée, venimeuse, d'îles exotiques, dans l'espace indicible de l'océan. N'altérant en rien le rythme haletant du récit, les descriptions, dépaysantes, nous font ressentir le baiser salé des embruns sur notre visage.
     Robin Hobb nous expose dans cette série, successivement, le point de vue interne d'une myriade de personnages hétéroclites, de la putain au garçon manqué, de l'homme mûr au frêle adolescent, de la petite peste à la digne matriarche, du marin probe à la canaille déshéritée.
Maniant « l'art » de la psychologie avec talent, elle nous égare dans les dédales tortueux de leur personnalité complexe, qui mue au fil des devoirs et déboires. La putain se révèle reine, le garçon manqué, femme sensuelle, pour ne citer que les premières. Hobb nous donne ainsi l'image d'hommes et de femmes hauts en couleurs, telle Althéa à la beauté « dénuée de douceur , féline, aussi menaçante qu'attirante », Kennit le pirate rongé du venin de ses orgueil et ambitions, aux yeux pâles et aux lourdes boucles d'ébène ; Etta, la tigresse ; Malta, la femme-enfant belle « comme une fleur », cupide, qui mûrira sous le feu des tourments de son destin ; les vivenefs, Parangon le « Navire Fou », et Vivacia, « Dame des Mers », dont la présence tristement « humaine » plane et étend ses ombres sur la forêt de mâts.


L'Assassin royal (tomes 7 à 13) :
Le Prophète blanc, La secte maudite, Les secrets de Castelcerfs, Serments et deuils, Le dragon des glaces, L'homme noir, Adieux et retrouvailles.


Synopsis :
    Retour dans les Six Duchés, 15 ans après les avoir quitté. On retrouve le bâtard royal Fitz ainsi que son loup Oeil de Nuit. Tous deux ont vieilli et mènent une vie paisible. Mais le royaume a besoin de leur aide pour retrouver le jeune prince Devoir. Voici notre héros embarqué bon grès mal grès dans une nouvelle aventure où l'enjeu est la survie de la lignée Loinvoyant.


Mon avis :
    Retrouver Fitz et le royaume des Six Duchés un an après avoir fermé le dernier livre de la saga a été assez délicat. Hobb tente par plusieurs "souvenirs" de Fitz de rappeler au lecteur les événements passés. J'ai lu ces 7 tomes de manière très décousue, en laissant presque un an entre le tome 11 et le 12. La raison??? D'autres lectures m'attendaient et me tentaient plus. Pourtant, cette série est très bonne et le style de Hobb est toujours intéressant. Mais je l'ai trouvée un peu pâle par rapport aux Aventuriers de la Mer. Retrouver un personnage qui a pris 15 ans n'est pas non plus facile. Je m'étais attachée au jeune Fitz, le "vieux" Fitz est moins attirant.
    Je n'ai pas vu l'utilité de certains passages des livres, mais c'est peut-être parce que j'ai mis longtemps à lire la série. Les deux derniers tomes effacent les a priori des 5 premiers. En effet, la fin de la série est excellente et c'est avec regret que j'ai tourné la dernière page de l'Assassin Royal...